• Le cholestérol

    Cholestérol: 

    C'est un lipide qui est de la famille des stérols et retrouvés chez les animaux. On le trouve dans les graisses animales, le jaune d'oeuf et le corps humain.

    Ses rôles sont:

    → dans la composition des membranes cellulaires et les stabilise ;

    → précurseur des hormones stéroïdes (testostérone...) et des acides biliaires (sels).

    C'est une molécule hydrophobe insoluble dans l'eau. Son transport dans le sang se fait par le biais des protéines :   lipoprotéines à faible densité → vers les cellules et responsables du dépôt de cholestérol dans les artères ==> mauvais cholestérol

                      lipoprotéines à haute densité → vers le foie où il est dégradé ==> bon cholestérol

                      

    Causes du cholestérol trop élevé:


    C'est un trouble fréquent.

    → augmente avec l'âge

    → la consommation d'alcool

    →le régime alimentaire

    → le sexe (les hommes sont les plus touchés)

    → l'hérédité

    → le niveau d'activité physique

    → le poids corporel

     

    Conséquences :

     - une ou plusieurs artères bouchées 

    -AVC

    -infarctus

    -artérite des memebres inférieurs : diffucltés pour marcher + douleurs au mollet ou cuisses

    -troubles de l'érection

     

    Prévention du cholestérol : 

     Le Conseil National de l'Alimentation recommande:

    → apprécier les facteurs de risque

    → connaître son taux de cholestérol

    → réduire la consommation de tabac

    → faire régulièrement du sport

    → varier l'alimenttaion

    → garder un poids idéal

    → réduire les graisses

    → manger des légumes et fruits

    → attention au sel (= sodium)

    → alcool avec modération

     

    Lutte:

     → diminuer les portions des plats dans un 1er temps 

    → cuisiner avec des huiles végétales au lieu du beurre

    → ne pas manger de la viande à chaque repas

    → manger des fruits et légumes à tous les repas

    → manger du poisson (surtout les poissons gras)

    → traitements médicamenteux

     

    Organismes:

     PNNS → programme national de nutrition santé

    Conseil national de l'alimentation

    Ministère de la Santé

     

    Chiffres:

     → taux max souhaité est de 1.93g/L (en fonction âge, sexe, ...)

    → 20 à 30 % de la population des plus de 20 ans ont un taux de cholestérol > à 1.93g/L

    → 1 français sur 4 et 1 française sur 5 meurent cheque année d'une MCV (maladie cardio-vasculaire) : 180 000 cas.

     

     

    En conclusion, il est important de savoir son taux de cholestérol et d'avoir une vie saine. 

    Le rôle de l'infirmier est dans la prévention du cholestérol trop élevé mais aussi dans la lutte. Par exemple, les infirmiers libéraux accompagnemant des personnes en souffrant ou non peuvent donner des conseils.

     

    http://www.lepoint.fr/sante/cholesterol-plus-de-7-millions-de-francais-prennent-un-traitement-pour-rien-16-02-2013-1628152_40.php

    http://www.cholesterol-et-alimentation.com/

    http://www.caducee.net/DossierSpecialises/nutrition/cholesterol.asp

    http://www.fedecardio.org/rester-en-bonne-sante/le-cholesterol

    http://www.levif.be/info/actualite/dossiers/les-plantes-qui-vous-soignent/le-the-vert-camellia-sinensis-pour-reduire-le-taux-de-cholesterol/article-4000381650099.htm

    https://www.youtube.com/watch?v=7CRFJlaoEvU     : comment faire baisser votre taux de cholestérol?

    https://www.youtube.com/watch?v=yGGWkkDg-SI    : la vérité sur le cholestérol professeur philippe even

    https://www.youtube.com/watch?v=XgN3lZQNxKQ    : cholestérol symptômes définition diagnostic traitements

    https://www.youtube.com/watch?v=6QnQRahG808     : comment le cholestérol bloque-t-il les artères?

     


    votre commentaire
  • Contraception

    La contraception désigne l'ensemble des moyens utilisés pour provoquer une infécondité temporaire chez le femme ou l'homme donc pour éviter une grossesse.

    Généralement, les méthodes contraceptives agissent:

    -en bloquant l'ovulation

    -en empêchant la fécondation 

    -en empêchant l'implantation d'un oeuf 

    Les méthodes de contraception sont temporaires et réversibles sauf pour la stérilisation chirurgicale.

    La contraception est très répandue en France:

    60% des femmes utilisent la pilule, 23% un stérilet et 16% une autre méthode.  Il existe aussi une contraception "de rattrapage" qui s'utilise après une relation sexuelle non ou mal protégée cependant ce  n'est pas un contraceptif et ne fonctionne pas à 100%.

     

    I) Le stérilet

    Appelé aussi dispositif intra-utérin (DIU). Ce dispositif est inséré dans l'utérus. Il faut préciser que ce mode de contraception ne rend pas stérile.

    Il y en a 2 types:

    1) Les DIU au cuivre qui mesurent 3.5cm de long. Ils sont en forme de T et sont en plastique avec un ou plusieurs manchons en cuivre. Plus la surface en cuivre est grande plus l'efficacité est augmenté car c'est le cuivre qui est contraceptif: les spermatozoïdes deviennent inactifs. Le DIU est installé par un médecin et cela prend environ 2 minutes. En France, il existe différents modèles du DIU au cuivre. Il existe 2 tailles ( short et standard) selon si la femme a déjà eu un enfant. Le DIU en cuivre est efficace dès le jour de l'insertion. La pose peut se faire jusqu'à 5 jours après la date théorique de l'ovulation soit le 19ème jour du cycle.

    2) Les DIU hormonal contient une hormone progestative qui est délivrée en petite quantité pendant 5 ans. Il est préférable qu'il soit installé la semaine qui suit les règles. Si utilisé plus tard il faut alors utiliser des préservatifs entre les règles et 2 jours après la pose du DIU hormonal. Cette hormone a plusieurs effets:

    -un effet contraceptif: elle épaissit les sécrétions du col qui le rend infranchissable par les spermatozoïdes.

    -un effet thérapeutique: il diminue la durée et le volume des règles et les douleurs qui vont avec. D'ailleurs certaines utilisatrices n'ont pas leurs règles pendant 5 ans (il n'y a aucun danger pour la santé oiu la fertilité).

    Le DIU est installé pendant une consultation simple par un médecin généraliste, un gynéco ou une sage-femme. Avant la pose, il est possible d'effectuer une hystérométrie ( dans l'utérus on entre une tige graduée pour estimer la forme, les dimensions, la sensibilité de l'utérus). Généralement la pose d'un DIU est peu ou pas douloureuse. Mais les femmes n'ayant pas eu d'enfant peuvent prendre des anti-douleur 2 heures avant la pose qui se fait très rapidement.

    Les DIU sont d'une grande efficacité (99%). L'efficacité de cette contraception ne dépend pas de l'utilisatrice car elle ne peut pas faire d'erreur. Selon le modèle, le DIU peut se garder entre 4 et 10 ans avec un contrôle annuel pour vérifer le positionnement. On peut également les utiliser comme contraception d'urgence.

    Un DIU peut être enlever n'importe quand par un médecin ou une sage-femme. Pour cela, il faut tirer sur le fil avec une petite pince au bout du DIU qui est visible à l'entrée de l'utérus. Ce fil ne gêne pas pendant les relations sexuelles car il est coupé court.

     

    http://sterilet.info/

     

    II) Les spermicides

    Ce sont des substances qui inactivent ou détruisent les spermatozoïdes. Ce contraceptif se présente sous forme de gel ou d'ovules insérés au fond du vagin. Ils peuvent être utilisé seuls ou avec une méthode barrière telle préservatif masculin ou féminin, diaphragme, cape cervicale).

    L'efficacité est très aléatoire: entre 6 et 26% d'échecs. Pour être efficace les ovules doivent fondre au fond du vagin (10 minutes). Les gels peuvent être utilisés juste avant le rapport sexuel. La durée d'action est variable (60 minutes pour les ovules et 8 heures pour les crèmes). Cependant, il ne faut pas faire d'injection vaginale après le rapport, ni utiliser de savon pendant 6 à 8 heures car cela peuvent inactiver les spermicides.

     

    III) L'implant


    C'est un petit bâtonnet cylindrique en plastique de 4 cm de long. C'est un réservoir qui contient les mêmes hormones que les pilules progestatives.

    Un médecin insère l'implant sous la peau du bras grâce au moyen d'une aiguille spéciale. Avant la pose, il faut mettre une crème anesthésique pour qu'il n'y ait pas de douleur lors de la pose. Quand l'implant est mis en place il est invisible et indolore. Quand la femme veut l'ôter, le médecin va anesthésié la peau, faire une petite incision et retirera l'implant avec une pince. L'implant dure 3 ans mais peut être retiré plus tôt.

    Quand il est installé, l'hormone se diffuse directement dans le sang et supprime l'ovulation. L'efficacité est de 99.9%. Les effets de l'implant peuvent être diminués par certains médicaments (comme pour les pilules).

     

    IV) Le préservatif féminin

     Ce préservatif empêche le passage des spermatozoïdes dans le vagin.

    C'est une gaine en nitrile ou en polyuréthane avec un anneau souple aux 2 extrémités qui se place dans le vagin afin de recevoir le sexe masculin pendant la pénétration. Il peut être placé plusieurs heures avant le rapport et doit être changé à chaque rapport.

    Si les préservatifs sont bien utilisés il y a que 5% d'échecs. Si l'utilisation est moins correcte alors l'échec peut être de 21%. Ils sont efficaces que si ont l'utilise à tous les rapports sexuels à tout moment du cycle. Il est possible de l'associer avec un autre contraceptif: c'est la double protection.

     

     V) La pilule

     Les pilules contiennent des hormones ressemblant à celle des ovaires. Il y a 2 types de pilules:

    -les pilules combinées (ou oestroprogestatives) (pilules de "génération")

    -les pilules microprogestatives (contiennent un progestatif)

    L'efficacité de la pilule est grande car elle est de 99.7%. Elle peut être comprise par des oublis, effets indésirables où l'on doit l'arrêter car il y a une interaction avec certains médicaments. Avec les erreurs d'utilisation en utilisation courant son efficacité est de 91%.

    Une pilule combinée bloque l'ovulation au bout de 7 jours alors qu'une microprogestative est efficace au bout de 48h. Il est préférable de faire un test de grossesse au début de l'utilisation.

     

    VI) Le patch

    C'est un timbre qui se colle sur la peau et contient une association identique à celle d'une pilule combinée. Les 2 hormones (estradiol et progestatif) pénètrent dans le sang par la peau.

    Le peau est efficace pendant une semaine, il faut en coller un par semaine et 3 semaines/4.

    Il s'applique sur le ventre, épaules ou bas du dos mais jamais près d'un sein. On est protégée pendant 4 semaines.

    Pour une utilisation parfaite, le patch est efficace à 99.7%. Il peut être une sécurité complémentaire avec la pilule. Il faut vérifier quotidiennement qu'il est bien en place. Si on oublie de la changer, on est protégée pendant encore 48h. Il peut se décoller et alors il faut en remettre un au plus vite (dans les 24h).

     

    VII) Le préservatif masculin

    Ce préservatif fonctionne comme le préservatif féminin en empêchant le passage aux spermatozoïdes.

    Le préservatif masculin est en latex ou en polyuréthane (si allergie au latex). Il se déroule sur un pénis en érection avant la pénétration et il retient le sperme. Avant la fin de l'érection, il faut se retirer et retirer le préservatif.

    Le préservatif ne sert qu'une seule fois et il peut être associé à un gel lubrifiant.

    Pour une utilisation parfaite, il y a 3% d'échecs. Avec une utilisation imparfaite, l'échec est de 15%.

    Les gels fournis permettent qu'ils ne se déchirent pas même si c'est rare. 

     

    VIII) L'anneau vaginal

    C'est un anneau flexible en plastique poreux qui a une association d'hormones (estrogène+progestatif). Il se positionne au fond du vagin, les hormones se diffusent à travers la paroi vaginale et passent dans le sang.

    L'anneau est efficace pendant 3 semaines. On le retire à la quatrième semaine où des règles apparaissent. Ensuite on recommence.

    Pour une utiilisation parfaite, il protège à 99.7%.

     

    IX) La cape cervicale

     C'est une protection en silicone qui se glisse dans le vagin au contact du col de l'utérus pour empêcher le passage des spermatozoïdes vers l'intérieur de l'utérus.

    La cape cervicale peut être posée au moment du rapport sexuel et jusqu'à deux heures avant. Pour une meilleure efficacité, elle doit être combinée avec des spermicides. 

    Elle est réutilisable. Elle doit être retirée entre 8 à 24h après le rapport.

    Pour une utilisation parfaite, elle est efficace à 91% pour les femmes sans enfant et à 75% pour celles ayant eu des enfants car la cape "couvre" moins bien le col de l'utérus.

     

    X) Le diaphragme

    C'est une protection en latex ou en silicone qui se glisse dans la vagin. 

    Il peut être posé au moment du rapport sexuel ou jusqu'à 2 heures avant. Pour une meilleure efficacité il doit être utilisé avec les spermicides.

    Il est réutilisable et doit être laissé entre 8 à 24h après le rapport.

    Pour une utilisation parfaite avec spermicides, il est efficace à 94%.

     

    XI) Les progestatifs injectables

     Un progestatif de synthèse est injecté par piqûre intramusculaire tous les 3 mois. Pendant 12 semaines, il y a une contraception constante.

    Les injections sont à faire dans des intervalles réguliers par un médecin, IDE ou une sage-femme.

    Pour des intervalles respectés, l'efficacité est de 99.7% et elle augmente avec l'âge de l'utilisatrice. Elle peut être diminuée par certains médicaments. Avec ces élèments, l'efficacité est de 94%.

     

    XII) Les méthodes naturelles

     Toutes les méthodes qui identifient la période d'ovulation pour éviter d'avoir des rapports sexuels durant cette période. 

    -l'abstinence périodique ou méthode Ogino: 

    Pour les femmes ayant un cycle régulier à éviter les rapports sexuels non protégés pendant les jours fertiles (précèdent ou suivent l'ovulation). Cependant, l'ovulation est imprévisible même chez les femmes ayant un cycle régulier.

    -la méthode des températures:

    Au moment de l'ovulation, la temprérature habituelle de la femme s'élève de 0.2 à 0.4°C. L'ovocyte vivant 24h alors les rapports non protégés qui ont lieu plus de 3 jours après l'élévation de la température n'entraînent pas de grossesse en principe . Cependant les spermatozoïdes vivent 5 jours et si on a un rapport 3 jours avant l'ovulation alors une grossesse est possible.

    Pour déterminer la date de l'ovulation, il faut prendre sa température chaque matin à la même heure avant de se lever. Mais un petit rhume peut faire monter la température.

    -l'obeservation de la glaire cervicale:   

    Les jours autour de l'ovulation, les sécrétions du col de l'utérus se modifient et il y a des "pertes blanches". Beaucoup de chose peuvent modifier la glaire et sa consistance (désir sexuel, sperme...).

    -Le système avec l'appareillage:

     Ces systèmes estiment les périodes d'ovulation sur des "périodes à risque". 

    Ex: une bandelette que l'on plonge dans les urines matinales et qu'un lecteur informatisé mesurera la quantité d'hormones . Certains systèmes sont en vente en pharmacie, sur Internet et en grande surface. Mais ils sont coûteux et ne conviennent pas aux adolescentes.

    -Le retrait:


    L'homme se retire du vagin avant l'éjaculation.

    Pour être efficace, il faut que la femme ait une grande confiance en l'homme. Et l'homme doit connaître parfaitement les signes de l'éjaculation qui est impossible à contrôler.

    Leséchecs sont de l'ordre de 4 à 22%.

    -La méthode MAMA (méthode de l'allaitement maternel et de l'aménorrhée):

     Elle est utilisable pendant les 6 premiers mois après la naissance ou jusqu'au retour de couches. Mais il faut alors un allaitement exclusif, à la demande, jour et nuit et l'abscence de règles.

     

    Les méthodes naturelles ont 25% d'échecs. Il faut avoir des cycles parfaitement réguliers et connaître parfaitement son corps.

     

     XIII) La contracpetion d'urgence

     Il y a beaucoup de situations à risque qui peuvent entraîner une grossesse (oubli de pilule...).  Mais il y a des méthodes de rattrapage à prendre le plus rapidement possible.

    Il y en a deux types:

    -la contraception d'urgence hormonale

    -le dispositif intra-utérin au cuivre

    Cependant, elle n'est pas fiable à 100%. 

     

    XIV) La stérilisation à visée contraceptive

     Depuis 2001, la loi autorise toute personne majeure qui en fait la demande à subir une opération chirurgicale à visée contraceptive. C'est la vasectomie chez les homme et la ligature des trompes pour les femmes.

    Cette méthode est pour toute la vie. Elle sera réalisée sur des personnes qui ont exprimé une volonté libre, motivée et délibérée une fois qu'ils ont reçu une information médicale claire et complète sur les conséquences.

    Le médecin doit donner des informations sur les autres méthodes de contraception, sur les techniques de stérilisation.

    L'intervention se fait après un délai de réflexion de 4 mois après la première intervention. 

    Il n'y a pas de condition d'âge, de nombre d'enfant ou de statut marital. Mais c'est interdit sur une personne mineure.

    Le médecin peut refuser de le faire lui-même mais doit prévenir les patients et les conduire vers un autre praticien.

     

     

    L'infirmier a un rôle dans la prévention et l'éducation sexuelle en appréhendant les contraceptifs. C'est notamment le cas des infirmiers scolaires.

    http://www.choisirsacontraception.fr/

    http://www.icicemac.com/actualite/si-vous-utilisez-ou-songez-a-utiliser-le-sterilet-16081-39-15.html#.Uh9UJpJSiTw

    http://www.icicemac.com/actualite/si-vous-utilisez-ou-songez-a-utiliser-le-sterilet-16081-39-15.html#.Uh9UJpJSiTw

    http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20130822.OBS4047/la-vasectomie-ce-tabou-francais.html

    http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20130822.OBS4047/la-vasectomie-ce-tabou-francais.html

    http://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/les-atouts-sante-mysterieux-des-preservatifs-15765

    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Angleterre.-La-justice-ordonne-la-sterilisation-d-un-handicape-mental_6346-2220608-fils-tous_filDMA.Htm

    http://www.famili.fr/,usa-des-femmes-emprisonnees-victimes-de-sterilisation-forcee,35,404014.asp

    https://www.youtube.com/watch?v=H6oX4iib2ac

    https://www.youtube.com/watch?v=ZjseWg4QatQ

    https://www.youtube.com/watch?v=a5eF13HhWFQ

    https://www.youtube.com/watch?v=Y_x-phyzdKc

    https://www.youtube.com/watch?v=sSVhZUvFRpI

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Dyslexie

    La dyslexie est un déficit durable et significatif du langage ecrit qui ne peut s'expliquer par une cause évidente. C'est un trouble de l'apprentissage de la lecture survenant surtout chez les garçons, en l'abscence de troubles neurosensoriels, de difficultés socio-culturelles et même avec une scolarisation adéquate. Le patient a des difficultés pour identifier les lettres, les syllabes ou les mots. 

    Cette maladie est surtout fréquente dans les pays où la langue est complexe.

    La dyslexie toucherait 5 à 15% des enfants et 5% de la population.

    50% des dyslexiques ont des antécédents familiaux rendant l'hypothèse génétique plausible mais la maladie est sûrement multifactorielle. Des chercheurs parlent d'un dysfonctionnement des circuits cérébraux impliqués dans la phonologie, donc dans la représentation et le traitement des sons de la parole.

    Elle peut s'accompagner d'autres troubles comme la dyphasie (difficulté de mise en place du langage oral), la dyspraxie (trouble de la réalisation du geste), dyscalculie (trouble du raisnonnement, logique, utilisation des nombres), dysorthographie (ex: dristaisse pour tristesse), dysgraphie (trouble de la forme de l'écriture) ou trouble de la concentration et de l'attention.

    Un enfant dyslexique est en retard dans l'apprentissage de la lecture par rapport aux enfants de son âge. Il a de grandes difficultés à identifier les mots, ce qui rend  la lecture et l'orthographe imprécises.

    Les troubles de la lecture sont:

    -confusions auditives: l'enfant a des diffiucltés à différencier des sons proches (p/b, f/v, r/l, m/n)

    -confusions visuelles: différenciation difficile des formes proches : f/t, m/n, n/r, p/q, b/d

    -défaut de mémoire visuelle de travail: il retient peu ou mal la forme et l'ordre des lettres 

    -défaut de mémoire auditive de travail: il retient difficilement les sons entendus à l'intérieur d'une phrase

    -des oublis, ajouts ou inversion de lettres (ex: pote=porte; arbustre= arbuste)

    -lecture partielle d'un mot

    -fusion des mots (ex: féduski= fait du ski)

    -mauvais découpage des unités des éléments lus

    Il a une lecture lente, a du mal à lire un texte long et dense. Il y a des signes précoces qui doivent alerter les professionnels:

    -A la maternelle: *parole: ne prononce pas certains sons d'un mot, ne les prononce pas dans le bon sens, prononce des sons en trop

    *langage: les phrases ne sont pas justes, il manque des mots

    *mémoire auditive: il mémorise avec difficulté les comptines et poésie

    *mémoire visuelle: il n'arrive pas à 5 ans à écrire son prénom avec un modèle

    *psychomotricité: il est maladroit, il coordonne difficilement ses gestes

    *organisation temporo-spatiale: il a des difficultés à se situer dans le temps et l'espace

    -Dès le CP:

    *fatigue à cause de la lecture

    *motivation: l'enfant est motivé pour apprendre, ses faibles performances ne sont pas dues à un manque d'intérêt

    *lenteur: la lecture et écriture sont laborieuses

    *bonnes performances à l'oral mais l'enfant est gêné dans la compréhension des questions posées par écrit

    *nombreuses ratures: reflet d'un volonté de bien faire, ses productions écrites apparaissent peu soigneuses alors qu'il fait de réels efforts pour bien faire

    *difficultés d'attention à cause de la fatigue ou à un trouble de l'attention

    *changement de comportement: il se referme, semble fatigué, manque d'envie et dynanisme en classe

    Ces signes doivent alertés la famille qui doit rapidement consulter des professionnels.

    Pour parler de dyslexie, il faut qu'il y ait un retard d'au moins de 18 mois entre l'âgé réel et l'âge de lecture et que les difficultés ne touchent que le domaine de l'écrit.

    Pour diagnostiquer une dyslexie peut être réalisé dans un centre de référence régional associant plusieurs professionnels de la santé. Il est nécessaire de voir plusieurs spécialistes:

    *un bilan orthophonique: examiner le niveau de langage oral et écrit. Bilan des compétences et difficultés.

    *un bilan psychologique pour établir le QI. Pour un enfant dyslexique, le Qi est normal voir supérieur. Il y a aussi un bilan des compétences notamment la mémoire. Il peut y avoir aussi un bilan comportemental ou psycho-affectif.

    *un bilan neuropédiatrique pour déterminer les fonctions mentales de l'enfant, si besoin, il est possible de faire une imagerie cérébrale en cas de doute avec une liaison cérébrale

    *un bilan psychomoteur pour déterminer les difficultés de coordination motrice 

    *un bilan ORL est impératif pour détecter des troubles auditifs et traiter une éventuelle otite sérieuse

    *un bilan ophtalmologique pour évaluer la vision de l'enfant, proposer une correction adaptée ou adresser l'enfant ches un orthoptiste

    *un bilan orthoptique pour évaluer les capacités motrices des yeux de l'enfant qui en cas de mouvement désordonnés et involontaires des yaux altère les repères de l'enfant sur son travail.

    Comme tous les enfants dyslexiques n'ont pas les mêmes troubles alors il faut qu'il y ait un projet téhrapeutique personnalisé, multidisciplinaire et s'appuyer sur les observations du bilan initial de l'orthophoniste, du psy, du pédiatre, du médecin scolaire et de l'enseignant. Il doit être tout le temps réajusté selon les progrès faits par l'enfant, des difficultés persistantes, de l'état psychologique de l'enfant et des objectifs pédagogiques de la classe. Il faut qu'il y ait alors un partenariat entre les différents acteurs.

    L'enseignant a un rôle important dans la manière de faire participer et travailler l'enfant (l'interroger un maximum à l'oral, choisir des méthodes d'évaluation positive, les leçons doivent être aérées avec un plan logique et des couleurs...).

    L'orthophoniste a un rôle en dehors de l'école et fait travailler l'enfant sur ses erreurs une fois qu'il a défini la dyslexie.

    La prise en charge se fait autour des troubles et fait intervenir différents spécialistes.

    Il existe des méthodes alternatives: occlusion d'un oeil, rééducation intensive de l'audition, rééducation de l'équilibre, traitement nutritif basé sur acides gars essentiels, traitement de la déficience posturale...

    Il ne faut pas oublier que de grands savants étaient eux aussi dyslexiques comme Einstein.

    http://videos.tf1.fr/jt-20h/2013/une-zone-du-cerveau-serait-a-l-origine-de-la-dyslexie-7976618.html

    http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/Reperer-la-dyslexie-a-l-IRM-3444.html

    http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-pourrait-on-depister-dyslexie-avant-apprentissage-lecture-48336/

    http://livre.fnac.com/a4161573/Gavin-Reid-100-idees-pour-aider-les-eleves-qui-souffrent-de-dyslexie

    http://livre.fnac.com/a3829964/Ronald-D-Davis-Le-don-de-dyslexie

    http://livre.fnac.com/a3717116/Odile-Golliet-La-dyslexie-prise-en-charge-a-l-ecole-et-a-la-maison

    https://www.youtube.com/watch?v=RKCdg0M36t0

    https://www.youtube.com/watch?v=87Ny_XYBczg

    https://www.youtube.com/watch?v=byZ2AM4Z4Kc

    https://www.youtube.com/watch?v=nrciOiANXvY

    http://livre.fnac.com/a1267437/Gisele-Plantier-Les-malheurs-d-un-enfant-dyslexique

    http://livre.fnac.com/a3430789/Evelyne-Pannetier-Comprendre-la-dyslexie


    votre commentaire
  • Le défibrillateur

    Il y a 2 types de défibrillateur: *défibrillateur automatisé externe;

                                              *défibrillateur implanté

    Le défibrillateur automatisé externe (photo ci-dessus) est un appareil portable qui marche grâce à une batterie. Elle a pour rôle d'analayser l'activité cardiaque d'une personne en arrêt cardio-respiratoire. C'est le défibrillateur qui prend toutes les décisions et la personne au côté du patient n'a rien à faire. Il faut placer des électrodes sur la peau du patient. Si elles détectent un rythme chocable, la machine délivre une défibrillation (choc électrique). 

    Le 1er défibrillateur automatique commercial a été crée en 1994. 

    Ainsi, les chances de survie sont augmentées car il y a une réanimation avant l'arrivée des secours. 

    Pour ce geste médical soit fait le plus rapidement possible, des appareils simplifiés ont été mis en vente: défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) ou défibrillateurs semi-automatiques (DSA). Ces appareils sont utilisés par les secouristes et les sapeurs-pompiers et le public non-formé car ils font automatiquement un diagnostic de la fibrillation ventriculaite avec un logiciel d'analyse de tracé électrocardiographe.

    http://www.youtube.com/watch?v=D_di5gUEX8I

    http://www.youtube.com/watch?v=ppsoiws5NqA

    http://www.youtube.com/watch?v=OkSB04WiLt0

     Le défibrillateur est composée de ces éléments:

    -une sacoche de transport;

    -une paire de ciseaux pour couper les vêtements 

    -un rasoir jetable pour ôter les poils aux personnes à trop forte pilosité et avoir un meilleur contact et adhérence entre peau et électrode

    -des serviettes jetables pour enlever les poils rasés ou essuyer la victime (ex: personne noyée)

    -un ou plusieurs patchs adultes et pédiatriques. Ces électrodes autocollantes sont positionnées sur la poitrine de la victime et réalisent l'analyse du rythme cardiaque et si besoin délivrent un choc électrique(les services de secours en ont en réserve au cas où)

    -une ou plusieurs batteries: le défibrillateur en contient déjà une mais les services de secours en ont plusieurs au cas où

    -le boîtier de défibrillation qui reçoit les batteries. C'est ici que l'on branche les électrodes. En plus, il est équipé d'un haut-parleur qui guide l'utilisateur grâce à des consignes vocales.

    Les seules actions actions possibles sont : allumer, éteindre, délivrer le choc (pour les DSA).

    L'appareil mémorise les ECG, les séquences de défibrillation (nombre de chocs) et aussi sur certains les sons ambiants dont la voix des sauveteurs. Les données peuvent être récupérées et archivées. Elles permettront de donner des informations aux services médicaux.

    Généralement pour le grand public, ce sont des DEA car la procédure est plus simple. De plus, le choc est délivrée une fois que l'appareil à donner pour consigne vocale de ne plus toucher à la victime.

    De plus, le défibrillateur ne peut être utilisé que sur une personne de plus de 1 an.

    Le courant électrique doit passer dans le corps à travers le coeur. Donc il faut:

    -ne pas être dans une atmosphère explosive (fuite de gaz...)

    -mettre la victime sur une surface sèche et non métallique

    -dénuder le torse de la victime

    -sécher rapidement le torse de la victime, si besoin

    -si besoin raser les poils où l'on pose les électrodes

    -allumer l'appareil et suivre les consignes

    En France, l'utilisation du défibrillateur est comprise dans la formation aux premiers secours du grand public (PSC1) d'une durée de 7 heures. Elle est aussi au programme du PSE1 (formation de base des secouristes qualifiés, pompier, nageur-sauveteur) et à l'AFGSU (formation de secourisme du personnel médical). La formation continue est obligatoire pour les PSE1 et recommandée pour les autres.

    En France, l'AFSSAPS (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) préconise une maintenance assurée par l'exploitant. Il fera:

    -l'inventaire et l'identification des défibrillateurs installés

    -bon fonctionnement du voyant d'état de marche

    -date de péremption des électrodes

    -état extérieur de l'appareil

    De plus, chaque jour les défibrillateurs font des auto-tests pour vérifier le bon fonctionnement.

    Depuis le 4/05/2007, tout citoyen français est autorisé à utiliser un défibrillateur automatisé externe (DEA ou DSA) sans précision sur la formation initiale et/ou continue.

    En France, on en trouve maintenat dans les avions, mais une diffusion plus large est bloquée par les exigences de formation que certains jugent disproportionné par rapport à la simplicité de l'appareil et en raison d'abscence d'obligation pour les gérants recevant du public.

    Afin de trouver facilement un défibrillateur, une signalétique facilement reconnaissable est primordiale. Mais il existe plusieurs signalétiques. L'ILCOR (Comité de liaison international sur la réanimation) recommande l'utilisation d'un logo composé d'un coeur blanc sur fond vert avec un éclair vert et une petite croix blanche sur le côté. Il peut y avoir une mention DAE ou un équivalent. 

    Cette signalétique peut être accompagnée de flèches normalisées pour savoir la direction à prendre pour trouver le défibrillateur le plus proche.

    En France, l'arrêté du 16/08/2010 fixe les modalités de signalisation des défibrillateurs et modèles graphiques à respecter.

    Il existe plusieurs applications pour smartphones et des sites internet pour trouver les emplacements des défibrillateurs. 

     Selon le guide national de référence de formation à l'utilisation  du DSA, en France:

    -45% des victimes en arrêt cardiaque-circulatoire sont en fibrillation ventriculaire quand les pompiers arrivent, 12% quand le SMUR arrive (33% des ces victimes passent en asystolie);

    -si une défibrillation précoce est réalisée 21% des victimes reprendront une activité cardiaque spontanée et seront hospitalisée. Au final, 7% des victimes survivront. Si la défibrillation est tardive, 6% des victimes récupéreront une activité spontanée et seront hospitalisées et seules 2% survivront.

    De plus, grâce à la loi de 2007 autorisant tout le monde à s'en servir, les entreprises s'en équipent plus facilement.

    http://www.youtube.com/watch?v=4Gu4QzjJDEs

    Le défibrillateur automatique implantable est un stimulateur cardiaque qui permet en plus des fonctions classiques de détecter et traiter les troubles du rythme cardiaque. Il est indiqué dans la prévention de la mort subite, surtout pour les malades cardiaques avec mauvais fonctionnement du ventricule gauche. Mais le coût important ne permet pas une plus large utilisation.

    Le 1er a été mis en place aux USA en 1970 afin de détecter la mort subite après un infarctus du myocarde. Il pèse 300g contre 13 à  18 kg pour les DAE. La première publication de ce défibrillateur chez les êtres-humains date de 1980. Son efficacité a été prouvé en 1996.

     

    Le défibrillateur

     

    En 2008, plus de 10 000 français en sont équipés et 3000 appareils sont greffés chaque année.

    Les troubles rythmiques ventriculaires (tachycardie ventriculaire, fibrillation ventriculaire) entraîne un risque d'arrêt cardio-circulatoire pouvant engendrer le décès. Ces troubles du ryhtmes se caractérisent par une fréquence cardiaque très rapide ainsi ils sont détectés.

    Un choc électrique venant d'une électrode placée dans le ventricule droit permet de les régularisés. Une tachycardie ventriculaire peut être réduite par stimulation électrique rapide qui entraîne une interruption fonctionnelle et transitoire du circuit de la tachycardie.

    Le défibrillateur peut être monochambre (une sonde dans le ventricule droit), double chambre (une dans le ventricule droit, une dans l'oreillette droite) ou triple chambre (la troisième sonde est dans le sinus coronaire au contact du ventricule gauche pour une resynchronisation cardiaque).

    Ce stimulateur cardiaque comprend:

    -un boîtier ayant une pile, les circuits électroniques pouvant analyser le signal électrique, une mémoire interrogeable à distance où différents types d'événements sont enregistrés et un ou plusieurs capteurs

    -une ou plusieurs sondes, dont l'une au moins est reliée au ventricule droit et qui sert d'électrode de défibrillation

    -le boîtier a un condensateur permettant l'accumulation et la décharge d'une quantité définie d'électricité pour la défibrillation.

    -pour les modèles les plus récents, un télétransmetteur peut être activé pour une télésurveillance du patient et une transmission régulière des paramètres enregistrés.

    Le défibrillateur implantable ne fonctionna pas tout à fait comme un pace-maker car il fonctionne selon des seuils programmables:

    1) pour une fréquence cardiaque "normale", le défibrillateur reste passif;

    2) quand la fréquence cardiaque dépasse les limites "normales" (haute ou basse) il se met à marcher comme un pace-maker afin de tenter de régulariser le rythme cardiaque;

    3) quand la fréquence du rythme cardiaque dépasse les limites "critiques" (définies par le cardiologue) alors il fonctionne comme un défibrillateur pour essayer de remettre le rythme dans la zone "normale", le stabiliser et le faire revenir dans ses limites "acceptables".

    Le prix est plus important qu'un simple stimulateur cardiaque mais les prix sont plus bas qu'au début des années 2000.

    Pour le poser c'est sous anesthésie locale, une poche est réalisée sous la peau sous la clavicule droite ou gauche pour recevoir le boîtier. En passant par une veine au creux de l'épaule, les sondes sont posées dans les cavités cardiaque sous contrôle radiologique et connectées au boîtier. A la fin de la procédure, le fonctionnement de la fonction de défibrillation est parfois testé: une anesthésie générale est mise en route et un trouble de rythme ventriculaire soutenu est déclenché par stimulation électrique cardiaque rapide. Le boîtier doit alors fonctionner, cependant ce test n'est pas systématique.

    Il peut y avoir des complications lors de l'implantation: infection locale, hématome, déplacement d'une sonde). La plus fréquente est la délivrance d'un choc inapproprié. Cela survient chez à peu près 1/4 des patients implantés.

     

    http://www.apodec.fr/topic/index.html

    http://www.youtube.com/watch?v=IN9LCEDnFus

    http://www.youtube.com/watch?v=RC1qLCiueV4

    http://www.youtube.com/watch?v=nF1An7x2yKQ

    http://www.medtronic.fr/votre-sante/arret-cardiaque/vivre-avec/index.htm


    votre commentaire

  • Méthode pour la culture générale à l'oral

    Pour le travail préalable : :

    1/ situer le sujet dans le(s) thème(s)
    2/ comprendre la consigne : c'est à dire cibler le thème de façon classique avec des connaissances et des faits récents
    3/ mobilisez les connaissances à lier avec les thèmes et la question abordé : définitions, ainsi que les questions a se poser en rapport avec le thème

    La construction de l'exposé :
    Déjà on introduit, on définit le sujet et on créé une amorce. on expose le plan et on fait un développement structuré.
    Pour le développement tu peux faire -> cause, conséquence, solution mais ce n'est pas toujours possible ainsi pour tout les sujets
    j'en présente plusieurs :

    1/ -> notions, cause ou conséquences, et le parallèle avec la profession d'infirmière (ça c'est systématique qd on voit un sujet qui peut la toucher)
    2/ -> raisons, causes ou conséquences, et ensuite le parallèle avec des faits d'actualité (par exemple de santé publique le plus souvent)
    3/ -> faits chiffrés, arguments pour ou contre (euthanasie par exemple un sujet assez ambiguë) , et les mesures à prendre ou se ramener au fameux "MAIS" (comme un contrario à la deuxième partie) 

    Et enfin on conclus et on fait un bilan de l'exposé avec un fait d'actualité, ou une question qui s"ouvre sur autre chose que l'exposé nous a permis de découvrir.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique